Le sport contre l'AVC

Réduire le risque d’AVC grâce au sport

 

1. La définition

 

Les accidents vasculaires cérébraux, AVC, sont des attaques du cerveau : un partie du cerveau n'est plus irriguée correctement, parce qu’une artère se bouche, 80% des cas, ou se rompt, 20% des cas. L’apport d’oxygène ne se fait plus et la partie du cerveau concernée cesse de fonctionner.

 

Les symptômes sont fréquemment les suivants :

 

·         Paralysie d'une moitié (gauche ou droite) du corps,

·         Modification de la sensibilité (certaines parties du corps deviennent insensibles),

·         Gênes oculaires (un œil ne voit plus, ou plus bien),

·         Troubles du langage (difficultés à parler, répétition des mêmes mots, etc.).


Il arrive qu'un AVC ne présente aucun de ces symptômes et ne soit, de fait, pas détecté. Ce sont les AVC silencieux qui ont néanmoins des conséquences sur la santé : ils augmentent le risque d'un AVC plus grave dans le futur, voire de démences.

 

2. Les ravages de l’AVC

 

Les AVC font des ravages :

 

·         Ils sont responsables d’un mort sur 10 chez les plus de 65 ans

·         Ils sont la 3° cause de mortalité en France, après le cancer et les maladies cardio-vasculaires

·         Ils font 2 fois plus de victimes que les accidents de la route

·         Ils touchent 150000 français chaque année :

·         Les malades sont plutôt des personnes âgées : l’âge moyen des victimes d’AVC est de 73 ans (70 ans pour les hommes et 76 ans pour les femmes)

·         50% des malades ont de 65 ans à 84 ans

·         25% ont plus de 85 ans

·         20% des malades, soit, 30000 personnes ont moins de 20 ans !

·         Ils sont la deuxième cause de démence, après la maladie d’Alzheimer

 

3.  L’AVC et le sport

 

Le magazine allemand « Deutsches Ärzteblatt International » (Revue Internationale du Médecin) présente la synthèse de 33 études publiées au cours des dernières années. Les études avaient pris en compte les différents facteurs de risques cardio-vasculaires, dont la tabagie, la consommation excessive d'alcool, l'hypertension artérielle et le surpoids.

 

Les conclusions sont claires : la pratique du sport réduirait les risques de contracter un accident vasculaire cérébral , qu'il s'agisse d'un infarctus, d'une hémorragie ou autre.

 

Les scientifiques ont observé :

 

·         Une baisse de 27% des risques de contracter un accident vasculaire cérébral pour les personnes ayant une grande activité physique, en comparaison avec celles ne pratiquant pas de sport.

·         La réduction des risques de contracter un accident vasculaire cérébral reste significative pour les personnes qui ne pratiquent une activité physique que de façon modérée.

 

Bémol sexiste : la baisse de risques de contracter un accident vasculaire cérébral est significative uniquement chez les hommes.

 

Désolé mesdames !

 

Les effets bénéfiques du sport contre le risque d’AVC sont confirmés par une autre étude. Nous décrivons la méthodologie de l’étude :

 

·         Un groupe de 1200 personnes âgées a été suivi par les chercheurs.

·         Ces personnes n’avaient aucun antécédent d’AVC

·         Elles ont été interrogées sur leur activité physique

·         6 ans plus tard, les mêmes personnes ont à nouveau été examinées :

·         16% présentaient de petites lésions au cerveau : le signe d’AVC silencieux

·         Les personnes qui ont déclaré une activité modérée et régulière avaient 40% moins de risque de présenter ces lésions

 

L’étude a permis de mettre en évidence que l’activité modérée (marche rapide, jardinage et ménage énergiques, nage, course à pied, randonnée, cyclisme, tennis) pendant au moins 2,5 heures par semaine protégeait contre l’AVC, ce que ne fait pas l’exercice léger (marche, bowling, golf).

 

Conclusion : bougez contre l’AVC !!

 

Gilbert Mellinger

Contactez-nous

7A77 FITNESS

77, av. Aristide Briand

94110 Arcueil

 

Tel. 07 64 19 67 91 |

       09 86 10 64 42

Au-dessus de Cora Arcueil Parking Campanile, à 500m de La Vache Noire, face à Bagneux.